Le podiatre est un professionnel de la santé habilité à diagnostiquer et à traiter les conditions relatives au pied. Il possède une formation universitaire, soit un doctorat de premier cycle en médecine podiatrique. Certains podiatres détiennent également une résidence en chirurgie podiatrique.

 

L’orthésiste a suivi une formation collégiale. Considéré davantage comme un technicien, il fabrique et ajuste les orthèses et prothèses selon l’ordonnance du podiatre (dans le cas des orthèses plantaires) ou du médecin. L’orthésiste ne peut pas vous évaluer, sauf dans le cas de l’ajustement de l’orthèse prescrite.


*Pour connaître la différence entre des orthèses d'orthésiste et de podiatre, cliquez ici.


L’orthopédiste est un médecin détenant un doctorat de premier cycle en médecine générale, ainsi qu’une résidence en chirurgie orthopédique. Il prodigue des soins médicaux et chirurgicaux qui traitent les os, les articulations, les ligaments, les muscles, les tendons et les nerfs.

 

Représenté par l'Association des infirmières et des infirmiers en soins de pieds du Québec, l’infirmière en soins podologiques est une infirmière ou une infirmière auxiliaire qui détient une formation de 135 heures en soins des pieds. L’infirmière en soins podologiques ne peut traiter de pathologie sans avoir obtenu au préalable un diagnostic d’un podiatre ou d’un médecin. Elle ne peut également pas prescrire de médicaments. La différence entre l’infirmère et l’infirmière auxiliaire est que cette dernière doit obtenir un plan de traitement élaboré par l’infirmière ou encore une ordonnance du médecin ou du podiatre pour pouvoir prodiguer des soins de pieds. Plusieurs infirmières en soins podologiques travaillent en clinique, auprès de podiatres.

 

Le pédicure et l’hygiéniste en soins des pieds ont reçu une formation axée sur la beauté du corps et l’esthétisme. Certaines écoles offrant ces formations ne sont pas reconnues par les commissions scolaires ou le ministère et donnent faussement l’impression qu’elles permettent de prodiguer des soins des pieds. Cette pratique consiste en un exercice illégal de la podiatrie. Légalement, le pédicure et l’hygiéniste en soins des pieds ne peuvent ni diagnostiquer, ni traiter de condition.

 

Le podologue a reçu une formation qui, au Québec, n’est pas reconnue par la Loi sur la podiatrie et qui n’équivaut pas à celle d’un podiatre. En ce sens, le podologue n’est pas membre de l’Ordre des podiatres du Québec et n’est pas considéré comme un professionnel au sens de la Loi. Sa pratique consiste en un exercice illégal de la podiatrie. En Europe, le podologue n’a pas le droit de poser des actes comportant des risques de saignement (ex. : chirurgie, traitement des ongles incarnés, soins des plaies, soins des pieds de patient diabétique, débridement de la corne, etc.).

 

 

Tiré et adapté du site web de l'Ordre des podiatres du Québec - Tous droits réservés - © 2014